Eastern Ontario Agri-Food Network / Réseau agroalimentaire de l'Est ontarien

Cuisines inspectées partagées

Bienvenue dans le monde de la transformation des aliments et des cuisines communes inspectées.

Le Réseau agroalimentaire de l’Est de l’Ontario collabore avec la Ville de Cornwall, les Comtés unis de Stormont-Dundas-Glengarry et les Comtés unis de Prescott-Russell pour sonder et comprendre le besoin potentiel de cuisines inspectées partagées.

Le contexte

Conformément aux règlements de l’Ontario sur la salubrité alimentaire, les produits agricoles peuvent être vendus au public par les agriculteurs et les revendeurs sans autre inspection réglementaire. Toutefois, les aliments préparés ou transformés ne peuvent être vendus au public que s’ils sont manipulés, transformés, emballés et entreposés dans un dépôt d’aliments ou une cuisine inspectée et approuvée, sauf s’ils sont préparés par un vendeur du marché champêtre, et quelques autres exceptions.

Aux fins du présent projet, les aliments préparés comprennent les aliments, les repas et les boissons qui sont transformés, mélangés, cuits, conservés, cuits, emballés pour la vente au public, y compris les détaillants et les restaurants. Nous excluons de cette enquête les viandes dépecées et transformées, les produits laitiers et les œufs qui ont tous leurs propres règlements et exigences.

Un petit producteur d’aliments préparés exploite souvent de petits volumes dans sa cuisine et vend dans les marchés champêtres, comme le permettent les exemptions réglementaires. Pour faire croître son entreprise, un petit producteur construirait ou louerait sa propre cuisine commerciale inspectée, soit à la maison, à la ferme ou dans une installation commerciale. Cela représente un investissement en capital et des coûts d’exploitation importants, et oblige le producteur à accroître le volume de production et sa portée de marché pour exploiter une entreprise viable.

En 2021, le gouvernement de l’Ontario a modifié le Règlement sur la salubrité alimentaire de l’Ontario afin d'alléger les exigences règlementaires visant la production d’aliments à faible risque. Avec ce changement, certains petits producteurs d’aliments peuvent choisir de faire inspecter leur cuisine familiale ou une autre installation moins coûteuse pour la production d’aliments à faible risque.

Un obstacle demeure: les coûts et la règlementation pour les petits producteurs d'aliments qui tentent de vendre au public au-delà de l'exemption pour les vendeurs dans les marchés champêtres. La solution pourrait être la création de cuisines inspectées partagées où les petits producteurs pourraient louer de l'espace et de la capacité à l'heure ou à la journée afin de transformer, emballer et entreposer leurs ingrédients et leurs produits.

Le sondage

À l'été 2021, le RAEO a mené une enquête pour comprendre la situation et les besoins des petits producteurs alimentaires en ce qui concerne les aliments préparés, les cuisines inspectées en général et les cuisines inspectées potentiellement partagées.

Après l'analyse des résultats de l'enquête, nous avons conclu qu'il n'y a pas une forte demande de cuisines inspectées partagées dans la région. Cela peut s'expliquer en partie par le fait que, étant donné l'absence de cuisines inspectées partagées dans le passé, de nombreux producteurs alimentaires ont déjà mis en place leurs propres cuisines inspectées. Deuxièmement, en 2020, le gouvernement de l'Ontario a révisé les règlements sur la salubrité des aliments afin d'assouplir les exigences relatives aux cuisines inspectées pour la production d'aliments à faible risque. Troisièmement, malgré le discours général sur le besoin de cuisines inspectées partagées, de nombreux producteurs alimentaires non inspectés ne sont pas prêts à déveloper leur entreprise au-delà de leurs ventes sur les marchés champêtres et à payer pour l'utilisation d'une cuisine partagée.

Par conséquent, le RAEO ne poursuit pas ce sujet plus loin.

Néanmoins, les réponses à l'enquête ont mis en évidence deux autres besoins que nous poursuivons. Certains répondants ont souligné le besoin de travailleurs qualifiés dans le secteur agroalimentaire. Le RAEO planifie un programme hivernal de formation professionnelle pour les entrepreneurs agroalimentaires et collabore avec des organismes de formation et la Commission de formation de l'Est de l'Ontario pour examiner des stratégies de développement des compétences et des ressources humaines.

Deuxièmement, le sondage a identifié le besoin pour l'aide à l'étiquetage nutritionnel. Le RAEO envisagera de relancer un service qu'il a fourni ces dernières années pour produire des étiquettes nutritionnelles pour ses membres.


Ce projet est mené par le Réseau agroalimentaire de l'Est ontarien en collaboration avec ces partenaires municipaux.